Pièce phare de l’imaginaire collectif du mariage, le bouquet de la mariée continue de nourrir les passions et détient une histoire riche. S’il prend aujourd’hui des formes nouvelles et parfois plus originales, entre fleurs séchées, taille réduite ou carrément XXL, le bouquet évolue mais conserve son aura. Voici un petit résumé de l’histoire du bouquet de la mariée.

Bouquet de la mariée - Crédit photo : Sweetfelicity.blogspot.com
Crédit photo : Sweetfelicity.blogspot.com

Entre antiquité et moyen-âge, la création du bouquet de la mariée

Certains remontent ses origines à l’antiquité mais il est difficile de le certifier. Les mariées se paraient en effet d’un bouquet de plantes aromatiques et aphrodisiaques pour prémunir l’heureuse union de tout acte malveillant prémédité par les mauvais esprits. Il était alors envisagé comme un bouclier bienfaiteur repoussant les menaces planant au-dessus des jeunes couples et les enveloppant de présages exaltant leur vie conjugale.

Le moyen-âge se voit aussi attribuer les origines du bouquet de la mariée et ce en raison de la forme qui le caractérisait alors ; assez proche de l’ombre portée de fleurs engoncées à leur base pour mieux sublimer l’épanouissement de leurs cimes que nous connaissons bien. Les croisés auraient ramené de leur quête divine de nombreux objets orientaux et exotiques dont les occidentaux étaient friands. Le traditionnel bouquet de la mariée serait donc une tradition acheminée depuis l’autre rive de la Méditerranée et originellement composé de fleurs d’oranger, symboles de pureté. Une des explications du développement de la mode des bouquets au moyen-âge peut également provenir de la saison. En effet, les mariages étaient célébrés au printemps, période où les fleurs arrivent pour beaucoup à maturation et embaument les environnements.

fleur d'oranger - Photo Laurent Giraud
Crédit photo Laurent Giraud

Entre le XVIIIème et aujourd’hui, le bouquet devient un classique

Au XVIIIème et XIXème siècles, les traditionnelles fleurs d’oranger sont encore le clou des bouquets, en raison de leur robustesse. Cette caractéristique conférait à la fleur la quasi impossibilité de perdre ses pétales. Les bouquets étaient alors séchés et mis sous cloche sur des coussins de velours, devenant alors témoin de la vie maritale. Ils faisaient ainsi partie de cette tradition de conservation des différents accessoires de mariage, qui reprend tout son sens aujourd’hui, avec l’utilisation de fleurs stabilisées et de fleurs séchées.

Au XXème siècle, la fonction du bouquet évolue, et l’aspect purement esthétique se voit concurrencé par un côté symbolique : il synthétise en un sens le caractère enviable de la situation de la mariée, qui accède au bonheur le plus complet. Le bouquet devient ainsi l’objet de toutes les convoitises, ce qui se retrouve dans le célèbre lancé de bouquet, qui permet, selon la tradition, à l’heureuse élue de se voir promettre un mariage imminent à son tour.

Aujourd’hui, l’heure est à l’originalité et à la personnalisation : les bouquets représentent le style du couple l’enlaçant, il doit être une création à part entière et endosser son rôle de représentant iconographique. Comme tous les autres éléments du mariage, il évolue et les tendances l’imaginent plus petit pour les années à venir, notamment en fleurs séchées et stabilisées, avec feuillages et autres echinops.

Virginie Chaput

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *